La nudité dans le couple

Write on Saturday, 07 January 2017 Published in Club privé Read 1202 times
Rate this item
(0 votes)

On dit souvent «qu’un membre qui ne travaille pas s’atrophie». Ce qui pourrait faire penser que si on ne fait pas l’amour, le sexe pourrait devenir petit…Mais, est-ce réellement le cas ? Faire moins ou pas du tout l’amour peut-il constituer des dangers pour nos organes intimes ? Réponse…

Si le sexe est là, il faut bien l’utiliser non ? Oui, mais dans les règles. Ce n’est pas parce qu’on a de l’eau dans le robinet qu’il faut passer toute sa journée à boire, quand même ! Et dans le même temps, ce serait un peu bête d’en avoir à portée de main et de ne pas se désaltérer, sauf si on a une raison valable. Il y a, cependant, des gens qui pratiquent l’abstinence sexuelle, (à chacun ses choix !) Mais si on y trouve des raisons valables, il faudrait savoir qu’en toute chose, il y a parfois des inconvénients. Et ne pas faire régulièrement l’amour n’a pas que des avantages.

Le sexe, c’est un peu comme un moteur. Il faut le roder pour qu’il donne le meilleur de lui-même ! Mais, on ne vous a pas dit non plus d’aller vous faire «tamponner» tous les jours parce qu’on a parlé de rodage, hein ! On veut juste que vous sachiez un certain nombre de choses afin de ne pas commettre des erreurs dans vos choix ou vos prises de décisions concernant votre sexualité.

Chez la femme qui a déjà eu des rapports sexuels, cela peut avoir de nombreux inconvénients physiques si elle arrête subitement la sexualité et ce, durant des semaines, surtout si elle est dans la période ménopause. Le sexe a déjà tendance à s’atrophier, à devenir un peu «sec», vu la perte de certaines hormones. Alors, pour un meilleur maintien de la zone, il est conseillé d’avoir des rapports sexuels régulièrement afin de permettre au sexe de conserver une certaine élasticité et une certaine souplesse, en plus de l’utilisation de lubrifiants, de médicaments et d’autres produits rendant les rapports sexuels plus agréables. On note aussi que pour bon nombre de jeunes femmes, la reprise des rapports sexuels après une forte période d’abstinence peut engendrer des douleurs à la pénétration.

Mais ce n’est pas tout, certains spécialistes avancent la théorie selon laquelle, moins on a de rapports sexuels et plus on perd la main. Ce qui signifie qu’on n’arrive plus à être bien opérationnel au lit quand on ne fait pas souvent l’amour. On perd ses réflexes ou ses techniques en la matière. C’est un peu comme un sportif qui doit s’entraîner à des heures régulières et de façon efficace pour être compétitif. Quand on veut un bon résultat, il faut s’y mettre et ne pas s’arrêter.

Chez les hommes, des chercheurs américains ont découvert que le manque d’érection à la suite d’une excitation et le manque de rapports sexuels privaient le sexe masculin de sang riche en oxygène ce qui entraînerait, à la longue, une perte de flexibilité du sexe. Cela veut dire que les érections ont du mal à être  rigides ,fermes…et on se retrouve souvent avec des hommes ayant des difficultés à bander correctement, même s’ils ont très envie de faire la chose.

Du point de vue physique, ne pas faire l’amour peut entraîner, à long terme, une certaine frustration pouvant se muer en dépression ou obsession. Cela agit sur l’humeur : on est un peu grincheux, nerveux, on se sent mal à l’aise, on cherche à compenser le malaise en se rabattant sur autre chose : cigarette, alcool, travail à outrance…

Or, faire l’amour, c’est bon pour la santé !On a de l’énergie, l’esprit est léger et on sent un certain rayonnement dans sa vie.

 

Alors, si vous en avez la possibilité, faire l’amour de temps en temps, ça ne tue pas, disons…à condition que toutes les précautions soient prises et qu’il n’y ait pas excès.