Pourquoi n’ont-elles pas d’orgasme ?

Write on Friday, 27 January 2017 Published in Club privé Read 1048 times
Rate this item
(0 votes)

Cette semaine, nous avons posé une question essentiellement réservée aux femmes, afin de vous aider messieurs à savoir pourquoi parfois, elles n’ont pas d’orgasme alors que vous faites tous les efforts possibles pour les satisfaire…

Louise O., étudiante : «L’absence de préliminaires tue le plaisir»

«Je suis très préliminaires. J’aime les caresses de mon homme sur mon corps et je veux sentir le plaisir monter progressivement. Il faut que mon corps soit préparé à l’amour.

Or, quand mon homme y va directement, sans attouchements, je suis bloquée. Je n’ai aucune sensation, il est donc évident que je n’atteigne pas l’orgasme.»

 

Mme F. Ilboudo, ménagère : «La fatigue gâte tout»

«Quand je suis fatiguée et stressée, mon homme a beau me tripoter, je ne sens rien.

Je suis mère de quatre enfants, femme au foyer et je n’ai pas de domestique. Donc, après une journée de dur labeur, entre la cuisine, la lessive et les autres tâches ménagères, tout ce que je veux, c’est de dormir tranquillement pour me reposer afin d’être active le lendemain.

Mais quand, en pleine nuit, tu sens quelqu’un qui te touche partout pour te réveiller et faire l’amour, ce n’est pas évident. L’essentiel pour moi, quand je suis fatiguée, ce n’est pas l’orgasme, c’est le sommeil. Il y a des hommes qui insistent même quand ils sentent que tu es fatiguée. Quand c’est comme ça, moi je laisse mon homme «monter», il fait ce qu’il a envie de faire. S’il est heureux, tant mieux.»

 

P. Koffi, sans emploi : «L’endroit peut poser problème»

«Moi, c’est l’endroit choisi pour abriter nos rapports. Une fois mon homme m’a emmenée sur une plage de San Pedro pour qu’on fasse l’amour. Le cadre était beau, mais le seul fait de savoir qu’on pouvait nous surprendre ne m’a pas permis de me concentrer et de savourer ce qu’on était en train de faire. Je n’aime pas non plus faire l’amour chez lui, à la maison familiale, parce que à n’importe quel moment, quelqu’un peut venir taper, il peut y avoir une urgence. A l’hôtel, j’aime quand c’est plus de deux heures ou pour toute la nuit, comme ça, il n’y a pas de pression en sachant qu’on va venir vous dire que l’heure est passée et qu’il faut quitter les lieux. Pour monter au septième ciel, j’ai besoin de faire l’amour dans un cadre fermé, calme où je ne risque pas

d’être dérangée.»

F. Oumou : «Le partenaire s’y prend mal»

 

«Parfois, on peut faire de longs préliminaires, mais si le partenaire n’a pas un bon toucher, s’il n’effleure pas les zones sensibles ou s’il est un peu brutal au niveau des caresses sur le clitoris qui est très sensible, c’est compliqué.

Je sortais avec un homme comme ça qui me caressait mal le clitoris à chaque fois. Je dirais qu’il le frottait avec acharnement, sans douceur, ce qui me causait des brûlures et bien entendu un certain blocage.

A moins d’être maso, on ne peut pas faire l’amour, avoir très mal et parvenir à l’orgasme le plus naturellement du monde, ce n’est pas possible.»

 

C. Diby, informaticienne : «Certaines pratiques ou positions sont un frein»

«Lors des rapports sexuels, il arrive souvent qu’on change de positions pour faire durer le plaisir. Mais ce qu’on ne sait pas, c’est que selon la personnalité de chacun ou les désirs, il y a des positions qu’on aime et d’autres pas. Donc, si le partenaire passe son temps à vous placer à gauche, à droite, à rentrer et à sortir dans le désordre, cela peut couper le processus de la montée de l’orgasme. Interrompre les mouvements, par exemple pour changer de «phase», ce n’est pas toujours intéressant ! En plus, moi, je ne suis pas pénétration anale ! Dès que dans le changement de «phases», je sens mon mec qui veut placer son sexe dans mon anus, l’inspiration se coupe net ! Quel que soit tout le reste après, je n’ai plus envie de me laisser aller.»

 

B. Koudou, étudiante : «Le manque de temps, un problème»

 

 

«Les hommes doivent comprendre qu’avec une femme, il faut prendre son temps ! Quand on veut bien faire l’amour, il ne faut jamais être pressé, ce n’est pas une course ! C’est une découverte des corps qui se fait progressivement, par étape. Il faut que la femme soit bien mouillée, que l’homme soit bien tendu pour espérer avoir un rapport qui procurera de l’orgasme. Et puis, l’homme doit savoir que la femme est plus lente à venir, alors il doit lui-même faire des efforts pour retarder son plaisir et privilégier celui de sa partenaire.»