Mon mari couchait avec la nounou

Write on Thursday, 17 November 2016 Published in Histoire d1 Vie Read 1002 times
Rate this item
(0 votes)

Mon rêve, c’était de réussir mes études, avoir un bon travail et pouvoir m’accomplir professionnellement. Dieu m’a aidé dans ce sens. J’ai un emploi qui me satisfait. En plus de cela, je n’ai jamais renoncé à mon désir d’avoir une grande famille. C’était aussi un de mes souhaits, depuis toute jeune. J’ai eu la chance d’avoir 5 magnifiques bambins.

Bien sûr, avec autant d’enfants, surtout pour une jeune femme, il faut trouver du temps pour s’en occuper et notamment lors de mes déplacements. Pour veiller à ce que le quotidien se passe bien en mon absence, j’ai rapidement dû m’appuyer sur une nounou. C’était une jeune étudiante de 19 ans, intelligente, discrète et jolie. Le soir, en rentrant du travail, mon mari prenait le relais lorsque je n’étais pas là. Tout se passait pour le mieux. Quand mes amies me demandaient comment je faisais pour m’occuper de mes enfants, je leur disais que j’avais engagé une nounou. Certaines d’entre elles qui l’ont vue m’ont dit qu’à ma place, elles n’auraient jamais pris une baby-sitter aussi ravissante. Tout compte fait, pour moi, c’était une gamine et je n’imaginais pas que mon mari puisse la regarder comme une femme. C’était une fille polie, respectueuse. Et puis, les enfants l’adoraient. Elle leur faisait faire leurs devoirs, jouait avec eux, avait une certaine autorité sans pour autant hausser le ton. De mon côté, épuisée par mes journées de boulot, je ne pouvais que m’occuper de l’essentiel. 

La baby-sitter venait s’occuper des enfants chaque jour, y compris les week-ends. Elle a fait cela presque un an durant. Au bout d’un moment, j’ai trouvé l’attitude un peu bizarre entre la jeune fille et mon mari. Je m’en suis rendue compte petit à petit, en les observant tous les deux, lorsque j’étais présente à la maison. J’ai senti une réelle gêne entre eux. La baby-sitter m’avait également dit qu’elle ne continuerait pas à la prochaine rentrée scolaire, en raison de ses études. Mais j’espérais que je me trompais sur ce que je pensais. Je n’ai absolument pas voulu questionner mes enfants sur les éventuels gestes affectueux qu’ils avaient pu voir entre la nounou et leur père. 

J’ai découvert l’histoire et la nature de la relation entre la jeune fille et mon mari le jour où j’ai ramassé une boucle d’oreille dans notre lit conjugal. C’est une boucle d’oreille qui ne m’appartenait pas. Un choc ! Pour en avoir le cœur net, je lui ai fait croire que je l’avais ramassée dans le canapé, en lui demandant si c’était à elle. Elle m’a tout de suite répondu oui. Sur le moment, je suis restée d’un calme olympien, m’étonnant moi-même. Car je suis très impulsive d’habitude. J’étais blessée, désabusée vis-à-vis de mon mari. Et surtout, je me suis sentie très touchée en tant que mère. Je me suis posée des milliers de questions suite à cette histoire.

Après le départ de la fille, le soir, j’ai demandé à mon mari s’il s’était passé quelque chose entre eux. Je lui ai posé la question en le prenant de court, sans lui laisser la moindre occasion de me mentir. Je lui ai montré la boucle d’oreille que j’avais trouvée dans le lit. Il ne m’a pas fallu le sonder longtemps pour qu’il m’avoue tout, puisqu’il ne pouvait plus me faire le coup du « il ne s’est rien passé ». Le pire dans tout ça, c’est que cela s’était passé dans notre chambre conjugale, sur notre lit ! Je ne supportais plus de dormir dans cette chambre, et surtout dans ce lit. Une histoire de fesses comme celle-là a de quoi clairement mettre en péril notre mariage. Je n’ai pas cherché à demander à la nounou ce qu’elle voulait de cette relation. Prendre ma place ? Je ne le crois pas. Bien entendu, lorsque je lui ai fait savoir le lendemain que j’ai découvert l’histoire, elle a fui. Depuis ce jour, elle n’est plus jamais revenue. J’ai décidé de faire un break avec mon conjoint. On faisait chambre à part. 

Il m’a fallu près d’un mois, avant de prendre ma décision. Même si je lui avais fait avouer son infidélité, il avait été honnête, et m’avait certifié qu’il m’aimait toujours. Moi aussi je l’aimais. Il avait honte de ce qu’il s’était passé. Il avait cédé à la tentation d’une aventure toute fraîche, surtout à portée de main. Comme je crois en notre mariage, je lui ai accordé une seconde chance, en essayant de ne pas lui faire payer son erreur. Je ne dis pas que je lui trouvais des excuses, car je trouve un tel comportement inadmissible. De mon côté, je me suis aussi remise en cause, car je pense qu’une infidélité n’arrive pas sur la base d’une relation pleinement épanouie. Depuis lors, j’ai commencé à prendre plus de temps pour lui et ma famille. 

Plus d’un an après cette crise, arrive un autre événement inattendu. Je me souviendrai toujours de ce jour où mon mari, rentré du travail, s’est planté devant moi et m’a déclaré : «Je dois t’avouer une chose que je viens d’apprendre. Tu te souviens de la nounou que nous avions… Elle m’a téléphoné au bureau ce matin. En fait, quand on s’est quittés, elle ne m’avait pas dit qu’elle était enceinte. Elle a eu une fille qui a six mois. Et elle m’affirme que c’est mon enfant.»

Pendant qu’il parlait, j’avais l’impression de perdre mon souffle. J’avais l’impression d’être trahie une seconde fois. J’entendais sa voix comme dans un écho, tandis que mon cerveau moulinait une seule information : mon mari a eu une fille avec une autre femme. L’amour de ma vie, mon homme avait fait l’amour à une autre alors que nous avions décidé de construire notre famille. Supporterais-je de voir cet enfant un jour ? Car ce fait venait raviver la plaie laissée par cette histoire. ça m’aurait peut-être fait moins mal si les choses en étaient restées là. Mais là, je ne voulais plus en entendre parler. Je n’avais rien contre cet enfant, mais j’ai tout de suite été clair avec mon mari en lui disant que je ne pouvais pas le recevoir l’enfant sous mon toit. Ce à quoi il n’a rien rétorqué. J’ai accepté les choses telles qu’elles étaient, puisque pour moi il faut savoir pardonner. L’enfant est resté avec sa mère.

 

De notre côté, mon mari et moi, nous avons essayé, chacun, de nous donner confiance mutuellement. Ce ne fut pas très facile, mais on y est arrivé en fin de compte. Nous avons eu 5 enfants. Inutile de vous dire que je n’ai pas choisi le même profil de nounou depuis !