Dj Mix : Il a très mal à la tête

Write on Friday, 18 November 2016 Published in Causerie Read 522 times
Rate this item
(0 votes)

Les observateurs du show biz made in Côte d’Ivoire ne tarissent pas d’éloges à son égard. Artiste talentueux, Dj Mix devenu Mix Premier a connu une carrière jusque-là mitigée. Très en vogue en ce moment, l’artiste désigné Meilleur voix aux derniers Awards du couper décaler fait fort, avec son single à succès «Mal à la tête». Qui fait crépiter les décibels. Sa récente distinction, son succès actuel, le renouveau de sa carrière ainsi que ses business, Monsieur Mal à la tête en parle dans cette causerie.

• Tu te fais appeler maintenant Mix Premier ?

- Oui, parce que j’ai décidé d’être un artiste ouvert. Je ne veux pas me braquer sur le couper décaler. Je veux avoir une carrure internationale. Mais je suis Dj à la base et je veux  m’ouvrir à     d’autres musiques, notamment la variété. 

•  ça marche fort pour toi en ce moment alors ?

- Tout à fait, c’est le résultat de la patience et du travail. Il faut dire que j’ai eu le temps d’écouter tout ce qui était critique me concernant. 

• Quelles étaient ces critiques qui te revenaient ?

- Les gens disaient que Dj Mix a une belle voix, une grande voix qui peut aller loin, il a du talent. Mais il passait son  temps à chanter les noms des gens. J’ai pris le temps d’écouter, d’observer,  j’ai vu que les gens attendaient beaucoup de moi. Je savais que je me devais de donner le meilleur de moi-même. 

•  On t’a beaucoup reproché de chanter les morceaux spot ?

- Ce n’est pas mauvais de chanter les sons spot. Mais il ne faut pas passer son temps à le faire. J’ai arrêté tout ça aujourd’hui. Mais j’ai quand même des fans qui en redemandent. Mais je prends le temps de faire plaisir à tout le monde. 

•  Aujourd’hui ton single baptisé Mal a la tête, fait un tabac ?

- J’ai pris le temps de faire ce morceau. Il faut dire que c’est un son qui était prêt depuis 8 mois.  Mal à la tête, est un titre de mon prochain album qui sortira d’ici février 2017. Avant la sortie du morceau on a essayé de se réorganiser au niveau de mon staff. Parce que le talent seul ne suffit pas.  Je profite de l’occasion pour saluer ma team, sans oublier champi kilo qui a arrangé ce son à succès. 

• Pour quoi ce titre Mal à la tête ?

- C’est une histoire réelle que je raconte, l’histoire d’un mec qui courrait les femmes. Il a fini par avoir vraiment mal à la tête (rire). Il faut dire aussi que je n’avais pas l’habitude d’investir dans les clips vidéos, mais cette fois, j’ai mis le paquet.  Le clip réalisé avec Mister ligth a couté plus de 3.500.000 frs

 •  Que réponds-tu à ceux qui disent que Dj Mix joue maintenant sur son vrai talent ?

- C’est tout à fait juste. Je connais ma valeur et mes qualités, je pense qu’en travaillant comme je le fais aujourd’hui les choses iront vraiment bien. 

• On dit que tu es le Ben Badi du couper décaler. Qu’en dis-tu ?

- (Il rit) Moi je ne pourrai pas me décrire. Ce sont les autres qui peuvent le faire. Ben Badi, ce fut un génie du foot. Si les fans t’apprécient ainsi et trouvent de grandes qualités en toi et te trouvent des similitudes avec un talent confirmé et bien connu, c’est une excellente chose. Ça te donne encore le courage de bosser. 

• Penses tu être le meilleur chanteur du couper décaler ?

- Je ne suis pas du genre à me lancer dans des comparaisons. Je connais mes valeurs et je sais que la C.I aussi connait mes valeurs. 

• Ton heure a-t-elle sonné ? Tu penses que le succès du single Mal à la tête pourra faire redécoller ta carrière ?

- C’est sûr. A partir de maintenant les fans verront un autre Dj mix. Cette fois ça sera plus de professionnalisme. C’est une nouvelle organisation. Un artiste sans organisation, c’est zéro. 

• Tu as reçu au dernier Award du couper décaler le prix de la Meilleure voix. Que représente ce prix pour toi ?

- Ce prix représente beaucoup pour moi. Je pense que c’est une reconnaissance. Ça prouve que tout le travail effectué n’a pas été en vain. Avant, il y a des trophées que je ne pouvais pas avoir. Maintenant que je me suis mis au boulot, l’année prochaine ça va chauffer  (rire). 

• A quel niveau situes-tu ta carrière aujourd’hui ?

- Si je dois faire un calcul de 1 à 10, je pense que je suis au niveau 7. 

• C’est  quoi le futur pour Dj Mix ?

- Je lutte pour qu’à partir de ce single tout ce qui va suivre soit du lourd. On a plein  de choses en vue après la sortie de l’album. Un concert est même prévu en mai 2017 à Abidjan. 

• Que devient ton studio d’enregistrement?

- Le studio est bel et bien fonctionnel. Je l’ai seulement délocalisé, De Marcory à la Rivera. Je suis en train également de faire mon label «Mix record». Je veux faire de la distribution et de la production. 

• On pourra un jour te voir également dans les arrangements ? 

- Oui, pourquoi pas ? Je me suis mis depuis un moment à apprendre et à jouer de la guitare. Je suis aussi en train d’apprendre à jouer au piano. 

• Tu t’es,semble-t-il, lancé aussi dans les affaires ?

- Oui je fais de l’élevage, je suis dans la vente de véhicules. Les choses se passent bien par la grâce de Dieu. 

• La musique, le studio, les affaires… comment arrives-tu à concilier tout cela ?

- C’est une question d’organisation. Par le passé, je sortais beaucoup  pour aller m’amuser avec des amis. Aujourd’hui, je ne sors plus parce qu’il faut sortir. Si tu me vois dans une boîte c’est pour un spectacle. Parce que j’ai beaucoup d’engagement au quotidien. 

•  Tu t’es séparé de ton manager ?

- Oui, ça fait partie de la vie. C’est comme une femme et un homme. On se marie un jour, on peut se séparer. Quand les choses ne vont pas bien, on se sépare c’est tout. On a tout de même gardé de bons contacts. A un moment donné c’était vraiment chaud. Et chacun a pris sa route. 

• Tu le regrettes aujourd’hui ?

- Je le regrette, je le reconnais. C’est quelqu’un que j’ai beaucoup apprécié. Mais le travail, c’est le travail. 

• S’il décidait de revenir, serais-tu prêt à lui accorder une autre chance ?

- C’est possible, je suis un homme ouvert. Je ne suis pas fermé.

 

Par Inzah D. 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.