Je sors avec son garde du corps

Write on Monday, 20 March 2017 Published in Courrier love Read 2097 times
Rate this item
(0 votes)

Stéphie,

J’ai 33 ans, je sors avec un grand homme politique de ce pays depuis, quatre ans maintenant. J’ai pour moi, tout le confort dont une femme peut rêver. Je suis vraiment à l’aise financièrement et toutes mes copines m’envient. Cependant, moralement, je t’avoue que ça ne va pas trop.

Mes trois dernières petites sœurs ont des enfants et ma mère me presse de lui faire un petit-fils. Moi, tout en vivant dans un appartement somptueux, je me sens seule parce que mon homme n’est jamais là. Tout le temps parti pour ses missions politiques. Mais, en même temps, les choses sont tellement sensibles dans le pays qu’il ne veut pas se permettre un scandale si on apprenait qu’il a un enfant dehors. « Ce serait mauvais pour les affaires», dit-il. Alors, pour l’instant, je suis sous contraception. J’ai fait une injection qui me protège un an durant des grossesses. On se voit en cachette dans d’autres pays du monde, on se donne des rendez- vous dans des hôtels très sélects à Azuretti ou Assinie. Mais les câlins et autres gestes affectueux en public, je n’en ai pas droit. Parfois, on peut même être au même endroit et on fait comme si on ne se connaissait pas. Aujourd’hui, je me sens enfermée dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir. Je voudrais vivre comme les jeunes femmes de mon âge. Et je t’avoue que ces derniers temps, j’ai eu une aventure avec le garde du corps qu’il m’a donnée pour ma protection. C’est ce qui m’a fait prendre conscience du fait qu’il était temps que je prenne ma liberté pour m’épanouir. Je ne supporte plus tout ça, mais j’ai peur de le quitter non seulement parce qu’il a du pouvoir et parce qu’aussi durant toutes ses années, je n’ai pas appris à vivre en dehors du luxe. J’ai besoin de tes conseils. 

Anonymat 

 

Ma chérie, 

Je ne sais pas avec quel homme politique tu sors. Je ne veux même pas savoir pour éviter de porter un bagage qui ne m’appartient pas. Mais ce que je peux te dire, c’est que là où tu es, que ce soit aujourd’hui ou demain, rien de pire ne peut t’arriver encore... Parce que tu es dans la gadoue. J’estime que quand on n’a pas la liberté de vivre librement, on perd tout, même si on vit dans un luxe fou. Il y a des choses essentielles dans la vie qu’on ne peut pas payer. L’argent ne peut pas acheter le plaisir de sentir les câlins de son homme de la façon la plus naturelle qui soit, sans stresser. Il ne peut pas t’offrir la paix du cœur, car ça se vit intérieurement ! Tu vis ta vie, mais aussi riche sois-tu grâce à ton homme, tu ne pourras jamais t’acheter le souffle de vie pour profiter éternellement de tous ces biens. Et puis quelle bonne richesse même si tu es pauvre dans ton cœur, si tu n’es pas épanouie ? Tu sais, il y a des gens qui n’ont rien mais qui sont les plus heureux du monde. Alors, y a quoi ? Tu as le blé, tu es la maîtresse d’un grand type, mais tu couches avec le petit garde du corps qui, peut-être, ne peut même t’acheter ta pommade. Ça veut tout dire. Le bonheur n’est pas forcément où on pense et tu découvres que dans la vie, il y a d’autres valeurs. Des choses simples qui font parfois du bien et créent un véritable bonheur. N’aie pas peur de partir si tu ne te sens plus à l’aise. La pauvreté ne tue pas, c’est plutôt l’idée qu’on se fait d’elle qui massacre l’existence. Tu dis que ton homme a du pouvoir, qu’il t’offre le luxe et que tu as peur de le quitter ? Ne laisse jamais quelqu’un devenir le maître de ton existence comme s’il était Dieu ! Tu as de la valeur, libère-toi car la vie t’attend. Et il faut en profiter.