Marie Carine Bladi alias Queen Mary Davison, 1ère Dauphine Miss CI 2002 :“Pour reconquérir mon mari, j’ai dormi à l’église pendant 3 ans “

Write on Tuesday, 28 February 2017 Published in Entrevue Read 850 times
Rate this item
(0 votes)

Queen Mary Davison a été 1ère dauphine de Miss CI 2002 et Madame Côte d’Ivoire à Miss World au Viêtnam en 2009. Après son mandat, la miss a traversé des moments de grandes turbulences dans sa relation amoureuse. Pendant trois ans, c’est dans une église que la ravissante Marie Carine Bladi s’est retrouvée dans l’attente de la procédure de divorce engagée par son époux, qui n’a pas  finalement été prononcée. Dans cette entrevue, elle rend un témoignage émouvant du miracle de Dieu dans sa vie. Désormais, la miss est un chantre de l’Eternel. Elle vient de sortir un maxi-single baptisé ‘’Nouvelle Jérusalem’’.

• Qu’es-tu devenue après ton mandat comme 1ère dauphine de Miss CI 2002 ?

- Il y a eu beaucoup de choses et de mouvement dans ma vie. Chaque année a impacté son temps par des circonstances, dont je retiens celles qui sont merveilleuses. Et de Marie Carine, je suis désormais  Queen Mary Davison, chantre de l’Eternel. 

• Peux-tu nous dire concrètement ce que tu as fait après ton mandat ?

 

- J’ai ouvert un complexe de beauté baptisé ‘’Collin’s Avenue’’ à Marcory-Zone 4, Rue Pierre Marie Curie. Il comprend un institut de beauté, un salon de beauté et une boutique de vêtements mixtes prêt-à-porter. Ensuite, il y a eu mon mariage avec mon époux Davison. Nous avons eu un garçon qui est au collège. Malgré tout ceci, avec mon statut de mannequin, je continuais les défilés dans plusieurs pays africains et en Europe. 

• Comment as-tu été séduite par ton homme avant d’en arriver au mariage ?

- Je l’avoue, c’est un homme déterminé (Rire). C’est une cuisine interne mais je vais en parler. Nos différents échanges ont duré plus d’un an. Un jour, depuis Bouaké, je reçois un appel téléphonique de mon père qui me disant qu’il vient de recevoir à son domicile  la visite d’un monsieur qui est arrivé d’Abidjan. Ce dernier m’a dit du bien de toi et veut t’épouser. Et mon père a ajouté qu’il viendra me remettre un courrier de sa part. Après, lorsque j’ai lu la lettre, mon père m’a confié: ‘’Ma fille tes parents sont avec toi. Je souhaite tout ce qu’il y a de meilleur pour ta vie. Ton bonheur est notre bonheur. Si ce monsieur a effectué le déplacement jusqu’à moi, j’estime qu’il veut avoir une relation sérieuse avec toi. Mais la dernière décision te revient’’. Et pendant quatre mois, j’ai longuement réfléchi. 

• Quelles ont été ses chances contrairement aux footballeurs et autres autorités qui t’ont fait la cour ?

- Ce qui me séduit chez lui, c’est un beau garçon, charmant, propre, stylé et il sent toujours bon (Rire). C’est ainsi que je lui ai donné mon accord. Et il a rencontré à nouveau mes parents pour la dot et s’en est suivi le mariage.  Hormis cela, j’ai des principes de vie. Plusieurs footballeurs m’ont fait la cour, mais ils ne m’ont pas intéressée. En toute responsabilité et franchise, ils ne me disent pas grand-chose. En Angleterre, le football est une entreprise et je vois qu’ils se battent dur pour gagner leur vie. Et j’ai compris qu’ils souffrent dans leur métier d’athlète. Donc construire une relation amoureuse avec un des leurs, ne m’intéressait pas. L’homme que j’ai épousé est le premier à me parler de mariage. C’est le choix de Dieu pour ma vie, parce que mon Dieu n’a pas voulu que je vive dans la débauche. Mon Dieu a décidé que je sois stable afin d’être épanouie. 

• Comment es-tu devenue chantre ?

 

- Je ne chante pas juste le nom de Dieu. Mais j’ai une nouvelle mission de la part de notre Seigneur Jésus-Christ Dieu. C’est un sacerdoce de chanter des cantiques pour la gloire de Dieu. En plus d’être chantre, je suis une servante de Dieu. 

• Qu’est-ce qui a boosté ce sacerdoce de chantre ?

 

- Depuis l’âge de huit ans, j’aimais fredonner les cantiques chrétiens. Mes parents sont chrétiens. Ma mère est une servante de Dieu. Et j’ai côtoyé le milieu des artistes sans même penser que je serai sur la scène. Mais le temps de Dieu est toujours le meilleur. Désormais, je suis une servante de l’Eternel et ma mission de chantre vient confirmer mon appel à servir Dieu. Quand je chante, la puissance de Dieu se manifeste et des personnes sont restaurées, guéries et délivrées pour la gloire de Jésus-Christ, notre Seigneur et sauveur de l’humanité. 

• As-tu un témoignage particulier de ce que Dieu a fait pour toi ?

- Franchement, j’ai traversé des moments difficiles. C’est là que Dieu s’est révélé à moi et a manifesté sa grandeur de vie. Dans ma vie de couple, je vivais des tensions vives et des turbulences permanentes. Plus grave, j’étais au bord du K.O parce qu’on était au tribunal pour un divorce qui a été engagé par mon époux. Mon couple battait de l’aile, il y a eu des interventions. Vraiment, c’était terrifiant. Pendant cette période, ma mère m’a dit de revenir en famille avec des paroles de consolations.

‘’J’ai confiance en une seule personne, c’est Jésus-Christ. Viens avec moi dans une église où je fais mes retraites de prière. Pour qu’on sache la volonté de Dieu dans cette affaire de mariage’’, m’a-t-elle confié.

Et j’ai suivi ma mère dans cette communauté chrétienne. Le pasteur qui m’a reçu, c’est le même qui a prié pour la guérison de Salif alias Lazare du groupe les Garagistes, lorsque ce dernier était gravement malade. Dans les débuts, j’ai pensé que c’était une affaire de quelques jours de prière, afin que la situation se résolve.  Deux, trois mois sont passés sans une suite favorable. Même un an après quand j’appelle mon mari, je constate qu’il est devenu plus nerveux. Une fois, je lui demandais si je pouvais simplement avoir les clés de notre résidence en Angleterre, juste pour mon séjour. Il m’a dit si j’y mets les pieds, il va brûler la maison. Malgré tout je priais régulièrement pour mon mari. J’ai passé trois ans, dans la persévérance et dans la prière  et je dormais dans cette église jusqu’à ce que la main de Dieu agisse, pour que je retrouve mon époux et notre maison en Angleterre. 

• Avais-tu des regrets en quittant une villa pour aller habiter dans une église ?

- Non, pas du tout. Ce que je recherchais en cette période, c’était la paix du cœur et non le confort. J’avais soif d’une tranquillité de mon être.  Et quand on m’a parlé de Jésus-Christ, j’ai voulu expérimenter sa puissance. C’est pourquoi, je me suis engagée pour découvrir les mystères de la parole de Dieu. Et je ne regrette pas d’avoir dormi dans cette église. Parce que j’ai vu et j’ai vécu la puissance de Jésus-Christ dans ma vie. Quand tu fais confiance à Dieu, tu ne pleures plus, car il combat pour toi jour et nuit. Pendant tout ce temps, mon entreprise est restée également fermée. Après, une décision de justice m’a attribué  la clé de ma voiture et de mon entreprise. Mais il fallait trouver les moyens pour éponger les arriérés de loyer et les factures d’électricité, d’eau et d’impôts.  Alors, où trouver toute cette somme ? Je me suis mise encore en prière. C’était dans un mois de décembre, lorsque j’ai ré-ouvert mon entreprise, le même jour, la boutique était débordée de clients. La recette de ce jour m’a étonnée, c’était du jamais vu. Et cela m’a permis de payer toutes mes

factures. J’ai béni le nom de Dieu. Et j’ai dit : ‘’mon Dieu lorsque tu retires une personne du monde, tu la bénis afin qu’elle confonde le monde’’. Deux mois plus tard, une de mes clientes de nationalité américaine, du comité Miss World (Miss Monde) m’a parlé de ce concours de beauté. C’est une compétition qui ne concerne que les femmes mariées. Et elle a souhaité que je participe aux présélections de la 2ème édition, c’était en 2009. Cependant, je ne peux pas lui dire que je suis mariée, alors que je suis en instance de divorce. Mais j’ai le titre de femme mariée sans le vivre. Néanmoins, je me présente et je suis élue Madame Côte d’Ivoire. Et je dois représenter la Côte d’Ivoire à la finale au Viêtnam. Je me retrouve toute seule dans une nouvelle aventure sans le soutien d’un époux, ni de ma famille, ni du ministère de la culture de la Francophonie. Pour la finale, nous étions 76 candidates représentantes de chaque pays. C’est une cérémonie prestigieuse et la ville était en effervescence. Tout était du luxe autour de nous. Les véhicules de déplacement, les hôtels et les vêtements de haute couture, c’était vraiment magnifique. Et j’étais une orpheline dans cette cérémonie. Pendant la mise au vert, les membres du jury et les médias étaient convaincus que j’étais la plus belle de toutes les candidates. Mais les membres du comité me voyant comme la potentielle gagnante pour éviter de perdre leurs sponsors comme cela a été à leur première édition en Russie, ont préféré organiser deux cérémonies. L’une baptisée Miss World le choix du Viêtnam, que j’ai remportée avec pour dauphines, celle de la France et l’autre de l’Angleterre. Et une autre que les organisateurs ont estimé que c’est la grande finale de Miss World, au cours de laquelle, ce sont les candidates de la Russie, du Viêtnam et des USA qui ont été lauréates.  

• Comment s’est fait le retour de ton époux Anglais ?

- C’est en 2010 que tout s’est passé le plus simplement du monde. Je n’avais plus de contact avec mon mari. Un beau matin, je reçois la visite de notre chauffeur. Celui-ci me dit que mon époux, il demande mon passeport. Quelques semaines après mon passeport me revient avec un visa de cinq ans et un billet d’avion pour l’Angleterre. Le jour du départ, je trouve mon mari  à l’aéroport en compagnie de notre fils. Nous effectuons le voyage sans qu’on échange véritablement. Lorsque nous sommes arrivés dans notre fameuse maison, il m’a présenté son alliance de mariage qu’il avait gardée soigneusement. Nous avons prié et remercié Dieu pour nos retrouvailles. Avant mon retour en Côte d’Ivoire, mon époux a réaménagé notre maison d’Abidjan. Et c’est là que j’arrêté de dormir à l’église. 

• Et la décision de justice que tu attendais ? 

- Je n’ai plus jamais entendu parler d’une quelconque affaire au tribunal. Mon mari et moi, nous avons compris qu’il y avait des gens tapis dans l’ombre et des commérages qui ont failli nous séparer. Et Dieu s’est puissamment glorifié dans notre vie. Nous venons d’avoir un nouveau bébé qui a sept mois. Je rends encore gloire à Dieu pour cette bénédiction. 

• Est-ce pour cela que tu as baptisé ton album ‘’Nouvelle Jérusalem’’ ?

- Oui, le temps que nous traversons est  une période prophétiquement favorable  pour les enfants de Dieu. C’est le temps du renouvellement, du repositionnement de tous ceux qui croient en Jésus-Christ. Ce que Dieu m’a révélé, c’est le temps qui est  la ‘’Nouvelle Jérusalem’’. Dans mes chants, je dis merci à Dieu pour tous ces bienfaits dans nos vies. Et j’évangélise la jeunesse afin qu’elle confie sa vie à Jésus-Christ. Le mensonge conduit vers un chemin dramatisé du destin. Et la vérité nous conduit à notre destinée. 

• Qu’est-ce que tu comptes faire pour la promotion de cette œuvre ?

- Mon staff managérial piloté par Sisko N’gowa Communication m’a établi un planning de promotion qui déroule bien. Je ne cesse d’être sollicitée par de nombreuses radios. Très bientôt, nous allons faire la cérémonie de présentation officielle de l’album.  Ensuite, il y aura un concert-dédicace de cette œuvre.

 

Par Charly Légende 

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.