Narcisse Ouffoué : Un talent de la basse

Write on Saturday, 11 February 2017 Published in Les News Read 121 times
Rate this item
(0 votes)

On connaît mondialement des grands noms de la basse en Côte d’Ivoire comme Abou bass, Manu Gallo, Armand Effi et bien d’autres. La plupart d’entres-eux n’ont pas fait des études pour apprendre à jouer à cet instrument. Ils ont appris à le maîtriser sur le tas. Ces musiciens sont des autodidactes.

C’est le cas du jeune Narcisse Ouffoué. Le bassiste est entrain de faire son petit bonhomme de chemin. Comme ses aînés de la basse, le musicien a su maîtriser cet instrument tout seul. Il commence d’abord par la percussion avant de s’intéresser à la basse. ‘’Je joue cet instrument depuis l’âge de 16 ans. Je regardais d’abord jouer mon grand-frère à la guitare chez nous. Quand il n’est pas à la maison, je prends sa guitare et je l’imite. En interpretant les chansons que j’écoutais à l’Eglise. Un jour il m’a surpris, mais il ne m’a pas grondé. Il m’a montré comment plutôt on s’en sert’’, rappelle-t-il.

Depuis ce jour Narcisse se met à fond dans la chose. Plus tard, il intègre l’orchestre de l’Eglise Méridionale d’Abobo-centre. Puis, il croise le chemin de Peter Kouassi. Avec le chantre, il répète alors dans la salle de l’ORTI au sous-sol de la maison bleue. Avec sa maîtrise de la basse, il se fait remarquer par le chef de l’orchestre de l’ORTI de l’époque Mamadou Domba. Ce dernier lui demande : ‘’est-ce que le Pasteur te payes ? Nous avons ici une émission du nom de ‘’Sacrée soirée’’. Si tu joues avec nous, tu auras 25.000 Francs CFA par soirée’’. Le bassiste n’hésite pas et saute tout de suite sur l’occasion. ‘’J’accepte la proposition du chef d’orchestre de l’ORTI. Nous étions dans les années 2000. C’est comme cela que j’intègre l’ORTI’’, dit-il. Avant de poursuivre : ‘’J’intègre plus tard l’orchestre philharmonique de l’hôtel du District d’Abidjan. C’est là que commence la lecture des partitions de musique. On me donne des partitions que je dois apprendre à jouer un lundi. Nous étions vendredi. Je vais voir un grand-frère du nom de JC Loboué qui me remet un guide sur les partitions que j’apprends durant trois jours. Le jour J, je joue sans problème. Après, je reviens à l’ORTI où je joue avec plusieurs artistes’’.

Au nombre de ces artistes, il y a Gadji Céli, Aïcha Koné, Meiway, Awilo Longomba, Kanda Bongo Man, Affou Kéïta, Kandice, Ismaël Isaac, John Kyffyz, Serge Beynaud, Arafat…

Mais bien avant, Narcisse Ouffoué se souvient de son premier cachet qu’il perçoit au début de sa carrière. ‘’Mon plus petit cachet est la somme de 75 Francs CFA. J’ai joué dans une Eglise avec mon cousin jusqu’au matin. Et c’est lors du partage que j’ai reçu cette somme. Mais le plus gros cachet que j’ai reçu est la somme d’environ 800 mille Francs CFA. C’est lors d’une édition du MASA où j’ai joué avec Yodé et Siro, Oren’Tchy et Aïcha Koné. J’étais très content ce jour-là’’, dit-il. Aujourd’hui, Narcisse Ouffoué s’est doté d’un studio d’enregistrement. Il est aussi le chef d’orchestre de la formation Radykal Roots, qui accompagne sur scène le reggaeman Malayky.

Patrick Bouyé

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.