Paris : Meiway fait salle comble à la Cigale

Write on Thursday, 16 February 2017 Published in Les News Read 950 times
Rate this item
(0 votes)

«C’est l’un des meilleurs spectacles afro auxquels j’ai assisté ces dernières années sur la place parisienne. Il a fait le plein de la Cigale et il a assuré. C’est un pro.» C’est propos de Pheel Le Montagnard d’Africa N°1 résume le sentiment général des privilégiés du Concert de Meiway le 10 Février dernier à la Cigale de Paris. Pour ce grand retour sur scène parisienne (en terme de Concert), Le Génie de Kpalèzo n’a pas fait dans la dentelle.

Plusieurs semaines avant, le public parisien a été chauffé par une grosse promotion sur la bande FM parisienne et une campagne d’affichage. Le tout entretenu par un bel album « Illimitic ». Le résultat ne s’est pas fait entendre. Le spectacle était à guichets fermés. Presque tout le gotha du monde du showbiz black parisien était au rendez-vous. On pouvait reconnaître, entre autres, La Marraine de Clignancourt, Henri Katié, Robert Brazza, Hortense Assaga, Gadji Céli, Serge Kassy, Eugène Irabet, Manu Dibango, Dékiss, Pheel Le Montagnard. Tous étaient là, à la Cigale, pour apprécier les performances du dernier des Fédérés. Près de deux heures de spectacle non-stop où le Professeur Awôlôwô a passé en revue les standards de son répertoire. Ces chansons qui l’ont hissé au sommet des hits parades ces dernières décennies. C’est d’abord avec « Biboya » un titre de son dernier album (Illimitic) qu’il a démarré le show avant de boucler avec «Ma folie». «Roulé Moutou», « Miss Lolo», «200% et 300% Zoblazo», «Voilà String» et autres ont eu le temps d’enflammer la salle. En véritable bête de scène le chanteur a donné un spectacle à la fois show et millimétré. Tout était cordonné parfaitement. En symbiose avec ses danseuses et son orchestre le Zo Gang. Tout ça en communion avec le public très varié. On y retrouvait certes des Africains (Ivoiriens et Camerounais en tête), des Français. Le Génie a fait le show du début jusqu’à la fin, même si ses danseuses, quelque peu timorées parfois, n’arrivaient pas à rivaliser d’énergie avec Meiway. A voir une telle performance, il n’y pas lieu de dire «Les Vieux quittez». Au contraire, on dira les «petits kakaba», au lit. 

 

Carino DE DIMI

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.