Kader N’Dao : Billy ne reviendra plus

Write on Friday, 17 February 2017 Published in Les News Read 883 times
Rate this item
(1 Vote)

Il était Billy pour les intimes. Pour tous ceux qui l’ont connu, Kader N’Dao était l’un des plus grands animateurs de la RTI. Dans le plus grand secret, il préparait son retour dans le paysage audio-visuel ivoirien. Mais l’histoire de Billy s’est brutalement arrêtée mardi dernier. Une grande voix s’est tue à jamais.

«Kader ? Quel Kader ?... Kader N’Dao ! Nooon !!» La stupeur était grande mardi à l’annonce du décès de l’ex-animateur vedette de la RTI. Ses amis et tous ceux qui travaillaient avec lui depuis son retour au pays sont sous le choc. Entre autres, Don Karim, Kader Djiré, John Jay sont inconsolables. «Ce gars-là, cet homme plein de vie… Je n’arrive pas à admettre que ce soit fini pour lui», soupire John Jay. Quelques heures  plutôt, à la Polyclinique des Deux-Plateaux, dans une salle glacée, il avait vu le corps sans vie de cet grand homme de média avec cette impression bizarre qu’il se réveillerait un peu plus tard : «Il dort, non, Kader dort».

Car tout ça a été si brutal que personne n’en revient encore. Surtout ses amis de travail avec qui il avait papoté dans la matinée. «Seule la médecine peut dire ce dont il souffrait. Sinon, pour moi, il n’avait rien. On a ri ensemble au bureau. On a travaillé ensemble. Juste à l’heure de la réunion hebdomadaire, il a piqué une crise. Et on l’a évacué. A mes yeux, il n’avait rien», a brièvement expliqué Ange Adjé, collègue de travail de Kader Ndao à Abidjanshow.com.

Parti aux Etats-Unis en 2001, Kader N’Dao était rentré à Abidjan depuis quelques mois. Encouragé par ses amis, l’animateur était revenu avec des idées plein la tête. Sans tambour ni trompette. Il a commencé à bosser sur des projets dans le plus grand silence. La RTI lui tendait pourtant les bras. Mais le professionnel qu’il était tenait à faire les choses sans se précipiter. Même si les téléspectateurs de RTI2 l’ont vu à l’œuvre le 20 janvier dernier pour la présentation de ‘’RFK en vedette’’, une émission spéciale consacrée au 28ième anniversaire de la disparition de Roger Fulgence Kassy (RFK). On sait que Didier Bléou tenait à le voir sur les antennes de la RTI. Lui, qui, en 2010, pour la finale de Podium avait demandé et obtenu la présence de Kader N’Dao venu spécialement des Etats-Unis pour présenter ce spectacle. Ce jour-là, Bléou qui voulait leur rendre hommage avait réussi à réunir toutes ces stars du micro qui avaient, chacun, présenté l’émission musicale (A l’exception de Yves Zogbo qui n’était pas encore rentré de la RDC).

 

C’est au début des années 90 que la Côte d’Ivoire a découvert la voix du jeune animateur de Radio Côte d’Ivoire. Kader N’Dao va très vite s’imposer sur les ondes de radio. Quelques temps seulement après la naissance de Fréquence 2 (le 11 novembre 1991), Kader rejoint la jeune et explosive équipe de cette nouvelle radio que composaient Biram Diawara, JC Kodjané, Consty Eka et un certain John Jay. C’est la grande époque de Fréquence2. Avec des émission comme ‘’Le Grand Jour’’ qui deviendra ensuite ‘’Bonjour le Jour’’, Kader fait un tabac sur les antennes avec sa grande complice, Dorothée Adou ; ‘’Le risque’’, ‘’Eclats de rires, Eclats de joie’’… L’animateur surprend et se prend au jeu jusqu’à s’ouvrir les portes de la télévision nationale. Là, il présente ‘’Yékan Ngoa’’, une émission qui deviendra un rendez-vous incontournable un samedi sur deux en alternance avec ‘’Tempo’’ sur La Première (actuelle RTI1). Les sollicitations pleuvent alors, même au-delà des médias. Kader Ndao est appelé régulièrement pour présenter presque tous les spectacles à Abidjan et aussi dans la sous-région. C’est le succès pour cet animateur dont la réussite repose sur un travail très professionnel et méticuleux. La préparation de ses émissions (ou les spectacles), le choix des invités, le décor, rien n’était laissé au hasard. Une rigueur qui lui a permis de toucher les sommets et de se tailler une image solide. C’est pourquoi tous ceux qui l’ont connu étaient impatients de le revoir au micro, sur les bandes FM et sur le petit écran. Mais hélas ! Car les spectateurs des deux récents concerts de Meiway au Palais de la culture (en décembre dernier) et ceux de l’émission dédiée à RFK resteront finalement les derniers témoins des prestations de cet animateur de talent. Malheureusement. Kader ne reviendra plus. Sa voix non plus. Adieu l’artiste ! Adieu Billy ! 

 

Par M. Jésus et O.A. Kader