Lino Versace: Il met Molare en garde

Write on mercredi, 17 mai 2017 Published in Causerie Read 1085 times
Rate this item
(0 votes)

Ils sont à couteaux tirés depuis quelque temps. Après la sortie très énergique de Molare dans nos récentes parutions, son ex-compagnon de la Jet Set, Lino Versace n’a pas attendu longtemps pour contre-attaquer et répondre aussi fermement à son ami d’hier. Le Marabout du quartier, dans cette causerie, donne également de ses nouvelles depuis Paris. Et se prononce sur le mouvement couper-décaler.

• Tes fans ivoiriens se plaignent de ne pas vraiment te sentir. Pour eux, tu n’es pas visible en Côte d’Ivoire ?

- Si je suis moins visible en Côte d’Ivoire, c’est dû à mes responsabilités en France. Cela m’empêche de rester longtemps en Côte d’Ivoire. J’ai une entreprise d’informatique en France que je gère avec un collaborateur. Nous sommes en train de travailler pour installer également cette boîte en Côte d’Ivoire. La musique n’a pas de frontière, si elle doit traverser la frontière, elle le fera . 

• Comment vois-tu l’évolution du couper-décaler ?

Le couper-décaler évolue. Je suis fier de cette nouvelle génération qui a apporté un nouveau souffle musicalement et artistiquement. Le talent et le potentiel, ils l’ont les jeunes frères. Mais il faut les encadrer, ils en ont vraiment besoin, pour qu’ils soient plus professionnels.Bebi Phillip est le meilleur. Pour moi c’est un génie. Kédjevera, c’est un magicien. DJ Léo est un grand artiste avec un grand A. Serge Beynaud est installé… 

• La Jet Set, un vieux souvenir ?

- Pour moi la Jet Set reste un groupe mythique. Mais à un moment donné, chacun dans le groupe nourrit d’autres ambitions. Quand on se retrouve aujourd’hui c’est plus pour parler de nos souvenirs. 

• Toi qui es ambassadeur de ce mouvement musical, que fais-tu pour le promouvoir ? 

- Mon combat, c’est de pouvoir faire diffuser comme il le faut  notre musique sur les médias français. Cette musique qu’on pratique, le couper-décaler, qui est écoutée et appréciée n’est pas totalement installée dans le milieu de la musique française. Elle est plus dans les communautés, du côté de la diaspora. Il faut que quelqu’un soit dans le réseau et tire les autres. Car ujourd’hui, tout fonctionne en réseau. Notre musique, les Blancs l’appellent Musique du monde. Là-bas les radios jouent 55% de musique française, 35% de musique américaine et 10% de musique du monde. 

• Qui sont tes amis aujourd’hui dans le couper-décaler ?

- Je n’ai pas d’amis dans le couper-décaler. Mes amis sont ceux avec qui j’ai grandis, ceux de ma génération à la Jet Set, notamment Serges Défalet, Boro Sandji. 

• Tu viens de te lancer dans le cinéma à Paris ?

- Oui, je me lance dans le cinéma, c’est une opportunité qui s’est présentée à moi. On verra ce que ça va donner. Je suis content, car j’ai toujours voulu vivre cette expérience que j’ai trouvée magique.Les motivations, c’est que nous les artistes sommes les acteurs cachés. Et lorsque nous sommes en concert ou en show-case, nous faisons du théâtre sur scène. Il y a aussi les films américains qui nous ont tous donné envie de faire du cinéma. 

• Est-ce là le début d’une véritable carrière cinématographique ?

- Je ne sais pas, c’est Dieu qui décidera pour ma carrière. 

• Parlons de ta guéguerre avec Molare, qu’en est-il ?

- On ne s’est pas saluer quand je me suis rendu à Trace il y a quelque temps. Ce qui est tout à fait normal. Moi, je n’ai pas de problème avec quelqu’un. Je ne sais pas en quoi je le dérange. 

• Molare a annoncé la prochaine date des Awards du couper-décaler pour septembre 2017. Si tu es cette année encore au nombre des nominés, seras-tu prêt à répondre à son appel ?

- Les Awards du couper-décaler est une très belle initiative, mais je ne peux pas m’associer à un évènement organisé par lui. 

• Molare dit être le boss du couper-décaler. Tu le reconnais comme tel ? 

- Je ne sais pas. Quand on est leader, on n’a pas besoin de faire du bruit. C’est seul votre travail qui fera du bruit pour vous. 

• Il a raconté récemment dans la presse que ton absence aux Awards du couper-décaler en 2016 s’explique par le fait que tu n’as pas pu en son temps te procurer un simple billet d’avion pour Abidjan. Que lui reponds- tu ? 

- Franchement, je n’ai pas le temps des polémiques. 

• Les Awards du couper-décaler serait la propriété de Linda de Linsay ?

- Linda est l’initiatrice du projet et lui, il l’a repris. Elle a protégé sa chose, il n’a pas le droit de s’en accaparer. Ce n’est pas normal. C’est la loi qui le dit. Dans ce cas, j’estime qu’il était bienséant d’aller vers elle, afin de co-organiser l’événement. Ce n’est vraiment pas la peine de faire le monsieur qui est fort. Le pouvoir même si tu le détiens, il finit un jour. 

• Il dit aussi que ton hostilité à son égard s’explique par le fait que tu es jaloux de son “succès” ? 

- Moi jaloux de lui ? Bien au contraire, le fait qu’il bosse aujourd’hui à Trace, je suis content pour lui. Je me dis, voilà un frère qui n’est pas dans la rue. Quoiqu’on dise, c’est un homme du milieu couper-décaler. S’il ne me diffuse pas et qu’il le fait au moins pour 10 artistes du couper-décaler, tant mieux. Cela peut valoriser notre mouvement. Si à ses yeux, je ne représente rien, ce n’est pas grave. 

• Il t’a traité dans son interview d’ingrat. Qu’il t’aurait sorti d’affaire en traversant une forêt au Togo pour un problème de faux-papiers ? 

- Je n’ai rien à dire à ce sujet. Je répète que je n’ai pas le temps pour ces petites choses. Quand tu fais du mal à quelqu’un en catimini, cela finit par rejaillir sur toi. Je trouve cela dommage. En quoi est-ce que je le dérangerais pour qu’il me mette les bâtons dans les roues ? Posez-lui la question, pourquoi fait-il cela ? 

• Toi et Serges Defalet. Il vous accuse tous les deux de comploter contre lui ?

- Serges Defalet est bien placé pour lui répondre. 

• Il crie sur tous les toits que c’est fini à jamais entre vous. Qu’il ne peut jamais faire la paix avec vous ?

- Lui, c’est quelqu’un qui aime bien faire du tort aux gens pour avancer. Je le répète, il n’est pas mon ennemi. Mais c’est quelqu’un avec qui je ne peux plus collaborer. On n’est pas compatibles. Il ne peut pas être un ami pour les affaires, mais plutôt un ami pour juste se dire bonjour. 

• Jusqu’où iras-tu dans cette guéguerre ? 

- Je ne sais pas. Je ne suis pas dans une quelconque guéguerre. Il n’est pas un ennemi, je le repète. Je vis bien, je me sens bien, j’ai la paix du cœur. C’est lui qui veut mettre du sable dans mon attiéké. 

• Tu fais même partie des artistes qu’il aurait «fermé» au nivau de Trace ?

- Je n’en sais rien. Trace est un média que je respecte. Ils sont libres de me diffuser ou pas. Ce n’est pas parce que je ne suis pas diffusé sur Trace que le couper-décaler va s’arrêter. Que Molare  sache que dans la vie, il y a le temps des hommes et le temps de Dieu. 

• Si Molare se trouve en face de toi, quel message lui donneras-tu ?

- Que Dieu lui donne tout ce que son cœur désire et une longue vie. Qu’il soit béni !

 

Par Inzah D. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.