Yabongo : “Je prends mon temps pour le faire”

Write on mercredi, 05 juillet 2017 Published in Causerie Read 1481 times
Rate this item
(0 votes)

Entre sa pasion et les affaires, Yabongo fait tranquillement son chemin. Le chanteur prépare sa prochaine oeuvre musicale. Sans se presser vu que ‘’Lumière’’, le premier album, continue de le faire tourner un peu partout au-delà des frontières ivoiriennes.

. Comment ça baigne ? 

 - Tout va bien, on remercie le Seigneur qui nous accorde la santé. La carrière, les affaires bougent par la grâce de Dieu. 

. Quelle est ton actualité ?

- Je suis un peu plus dans les affaires. L’album Lumière continue de tourner. Le grand frère Asalfo m’a renouvelé sa confiance pour une deuxième participation consécutive au Femua. C’est la preuve que Dieu ne nous a pas oublié. On continue aussi de faire nos voyages et nos différents spectacles. 

. C’est vrai que tu es parmi les meilleurs du Zouglou depuis un moment ?

- (Il sourit), ce serait vraiment prétentieux de ma part de le dire mais je reconnais que les choses marchent bien pour moi. 

. Mais quelle place te donnes-tu ?

- Ecoutez, ce sont les mélomanes qui jugent. C’est à eux d’apprécier le travail que nous faisons. Si on trouve que je suis parmi l’élite du zouglou, c’est une grâce. Cela veut dire  tout simplement que les gens apprécient le travail, voilà ! 

. Tu te fais aussi appeler le capitaine de la nouvelle génération ?

- Je suis le capitaine de la nouvelle génération, ça ne veut pas dire que je suis le leader de tout un mouvement musical. On est en train de travailler pour hisser haut le drapeau du zouglou, afin de poursuivre l’œuvre de nos devanciers... 

. Ton album Lumière continue de tourner, tu es toujours sollicité pour des spectacles à l’extérieur ?

- A l’extérieur, il y a beaucoup de sollicitations, les gens aiment énormément les titres de l’album Lumière qui, comme je l’ai indiqué, se vend toujours bien. L’album plait aux gens, ils continuent  d’acheter le CD. Je dis gloire à Dieu, car c’est grâce à Lui que tout cela est devenu possible. 

. Où en es-tu avec ton orchestre La Lumière ?

- Tout baigne, c’est l’orchestre fétiche qui accompagne toujours Lutché dans ses tournées. Tout le monde est toujours là quand il le faut. 

. On en vient à l’album dont tu as plusieurs fois annoncé la sortie. Qu’est-ce qui la retarde jusque-là ?

- La lumière ne s’éteint jamais, que les mélomanes gardent patience.Il y a beaucoup de personnes qui  attendent le nouvel album pour voir ce que ça va donner et à quoi ça va ressembler. 

. D’aucuns disent que tu es en panne d’inspiration ?

- Moi, en panne d’inspiration ? Laissez-moi rire. Un peu de patience, vous verrez. Comme j’aime bien le dire souvent pour taquiner les fans «Vous m’attendez, je vous attends aussi». 

. Où en es-tu donc en ce moment ?

 Je bosse dur, en effet, pour ne pas décourager toutes ces personnes qui m’apprécient et qui comptent sur moi. Le dernier album est sorti il y a 5 ans maintenant. Je suis en studio depuis un moment. Je travaille tout doucement et à mon rythme. On est pratiquement à la finition. Si tout se passe bien, l’album sortira le 30 juillet 2017. 

. Cette impatience des mélomanes ne te met-elle pas la pression ?

- Non, pas du tout. La patience est un chemin d’or. Moi, je ne me mets pas de pression. Je ferai ce que je peux, après, chacun donnera son point de vue. On travaille dans le calme. 

. Tu as fait appel à 3 arrangeurs pour le prochain album ?

- Tout à fait, je bosse avec David Tayorault, Olivier Blé et Snipers. Chacun y mettra sa touche, histoire de diversifier et donner une autre coloration à l’album. Nous sommes en plein studio en ce moment. Tôt ou tard, cet album sortira. Les chansons seront en français, en bété, dioula et aussi en anglais. On parlera d’amour, de joie. 

. A propos du prochain album, on parle d’un hommage aux corps  habillés ?

- Oui, parce que les corps habillés veillent sur les biens, sur les personnes et aussi sur le pays. Pour moi, avec tout ce qu’ils font, il était important de leur rendre hommage. 

. Tu es propiertaire d’un point show zouglou ”La fac”Comment ça se gère les cachets tes collègues aristes?

- Ils ne viennent pas jouer gratuitement. Je suis moi-même artiste, je ne peux pas accepter que mes collègues jouent sans cachet. En  général, c’est mon staff qui part discuter avec eux. Dès que tout est OK, je valide. 

. La page Mike le Bosso est-elle tournée définitivement ?

- Je n’ai jamais été en conflit avec lui. C’est grâce à lui que je suis ce que je suis aujourd’hui. Je n’ai rien à dire à ce sujet. Je lui ai dit merci avant tout. 

Cette affaire, on pouvait la gérer tranquillement sans que ça n’éclabousse personne. Je suis même allé chez lui à plusieurs reprises pour qu’on en parle.  Venant d’un monsieur comme lui, j’avoue que ça me fait mal. On a signé un contrat sur deux albums pour 3 années. Les 3 ans sont bouclés, le contrat n’a plus sa raison d’être. Moi, je fais mon chemin, chacun se gère de son côté.

Aujourd’hui, je veux travailler en paix. 

Je n’ai jamais, non plus, fait de vidéo pour parler de lui. Pour tout le respect que j’ai pour lui. D’abord, parce qu’il a l’âge de mon père. Ensuite, c’est quelqu’un qui m’a permis d’être ce que je suis. Un jour viendra où il pourra avoir besoin de moi, tout comme moi aussi je peux avoir besoin de lui.

 

Par Inzah D. 

 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.