COOPERATIVE DEVELOPPEMENT LOCAL : Bientôt une usine de chocolat et de fromage à Yakassé-Féyassé

Write on jeudi, 11 janvier 2018 Published in Les News Read 388 times
Rate this item
(0 votes)

Dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, une bonne nouvelle arrive du côté de Yakassé-Féyassé. Un projet de développement social financé par le Ministère de l’Intérieur d’Italie y voit le jour avec l’installation d’une usine pour donner du travail aux jeunes afin d’éviter l’immigration clandestine vers l’Europe, notamment l’Italie.

L’entreprise s’appelle ‘’La rue du lait’’ et est basée à Yakassé-Féyassé dans la région d’Abengourou. C’est une unité de transformation de lait en fromage et aussi de cacao en pâte de chocolat.  Mais pour la rendre encore plus opérationnelle, un renforcement de capacité de ses employés regroupés au sein d’une coopérative sociale est nécessaire. C’est pour cela qu’en février prochain, les agents de ‘’La rue du lait’’ vont suivre une formation donnée par des techniciens venus d’universités et d’entreprises italiennes.

Le projet de la création de cette usine à but social est soutenu par l’ONG italienne ‘’Progetto Sud’’ qui mène ses actions en Côte d’Ivoire à travers l’ONG ‘’Terre jumelée’’ de Yakassé-Féyassé. Le projet a aussi bénéficié du soutien de l’Association D’Amitié Tuniso-Italienne basée à Tunis en Tunisie. En fait, pour lutter contre l’immigration clandestine, la sensibilisation se fait aussi bien dans les pays de départ que dans ceux de transit d’où l’intervention d’une association tunisienne. En Côte d’Ivoire, toutes les actions des ONG ‘’Progetto Sud’’ et ‘’Terre jumelée’’ se font avec l’accord du sous-préfet de Yakassé-Féyassé, du conseil général d’Abengourou et toutes les autorités politiques et administratives de la région.

La coordination du projet est assurée par Francesco Mariotti, le manager général. Il est expert en coopération internationale et travaille depuis plusieurs années avec de nombreux pays africains. Dans l’exercice de sa tâche, il se fait aider par les responsables de ‘’Terre jumelée’’, Richard Oupau (Olipali), Mme Kouassi et Mathieu N’Zi. Depuis quelque temps déjà, M. Mariotti  a pris son bâton de pèlerin pour sillonner les villages et sensibiliser les jeunes sur les conséquences néfastes de l’immigration clandestine. Mais cette action n’est pas seulement locale. Elle a une dimension globale en ce sens qu’elle intègre également toutes les régions de la Côte d’Ivoire.

 

Sachant qu’une usine, aussi grande soit-elle, ne peut employer tous les jeunes d’une localité, le projet prévoit la mise en place d’une coopérative de micro-finance pour résorber les jeunes qui n’auront pas eu la chance de travailler dans l’usine et qui veulent entreprendre.