L’EMOI DU JAZZ 2018 : BALAKO REMPORTE LE CONCOURS JAZZ-ZOUGLOU

Write on vendredi, 11 mai 2018 Published in Les News Read 389 times
Rate this item
(0 votes)

L’arsenal instrumental du groupe “Balako” se compose quasiment de matériels africains avec lesquels ses membres interprètent tous les genres musicaux. Le constat a été fait le jeudi 3 mai dernier au cours du concours Jazz-Zouglou à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody pendant ‘’L’Emoi du Jazz 2018’’.

Que ce soit le jury ou l’assistance, ‘’Balako’’ a surpris et séduit tout le monde. Et c’est tout naturellement qu’il a remporté cette compétition pendant laquelle les concurrents interprétaient en version jazz la chanson à succès Abidjan Farot du groupe Espoir 2000. Et d’un autre côté, il fallait aussi jouer en version zouglou un titre de jazz. Dans un sens comme dans l’autre, ‘’Balako’’ a surclassé ses adversaires avec sa prestation rythmée et harmonieuse. Derrière ‘’Balako’’, arrivent par ordre “Black Band”, “Nuance” et “Diej Crew”. Le groupe lauréat a empoché un million de francs CFA et de nombreux lots. Mais le festival ‘’L’Emoi du Jazz by Dez Gad’’, c’était plus que le concours d’interprétation.

Durant cinq jours (1er au 5 mai) au Music’All en Zone 4 et à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, il a régné un air de jazz sur la capitale économique de la Côte d’Ivoire. La 8ème édition de L'Emoi du jazz, anciennement nommé Festival du jazz by Dez Gad, a tenu toutes ses promesses autour du thème central : "Parfum de femme". L'objectif était de donner plus de couleur et de charme à ce rendez-vous musical d’Abidjan avec une programmation exclusivement féminine. Cette reconnaissance aux femmes a permis de découvrir un large éventail de dames qui manient bien les instruments que la voix. Natascha Rogers, Yilian Canizares, Conny Schneider, Somi et Wêrê Wêrê Liking ont donné de bons moments de musique au public qui se déplaçaient dans les lieux de programmation des spectacles. L’Emoi du Jazz by Dez Gad, c’était aussi des rencontres avec les étudiants de l'institut national supérieur des arts et de l'action culturelle (INSAAC) et des ateliers. Tout ceci a permis de vivre une belle édition de L’Emoi du Jazz 2018.