Koudou Zebless Son nouveau coup 14 ans après

Write on jeudi, 27 juillet 2017 Published in Les News Read 633 times
Rate this item
(1 Vote)

Après 14 ans d’absence sur le marché discographique, l’artiste tradi-moderne Koudou Zebless est de retour de Paris avec un album de 9 titres. Et un jeu d’instruments d’une valeur de 12 millions FCFA pour son nouvel orchestre.

Sa dernière production de 8 titres baptisée “L’envol” remonte à 2003. Près de 14 ans après, le chanteur tradi-moderne Koudou Zebless remet le couvert.

Il est arrivé depuis quelques jours de Paris  avec un nouvel album de 9 titres baptisé « Le retour du maître ». Arrangée par le musicien Ouraga Légré, cette œuvre bichonnée dans le rythme alloukou marque le grand retour de Koudou Zebless sur la scène ivoirienne. « je suis parti m’installer en France en2001, parce que l’environnement de la musique tradi-moderne à l’époque ne me permettait pas de m’épanouir. Je n’avais pas d’instruments de musique et j’investissais à perte dans les concerts à Yopougon. Il fallait que j’aille chercher les moyens financiers nécessaires pour acheter mes instruments. Afin d’être véritablement autonome et entamer une  carrière sérieuse », explique-t-il.

Aujourd’hui, l’artiste a réuni les moyens de sa politique. Il est sur les bords de la lagune Ebrié avec des instruments de musique flambants neufs pour constituer un orchestre. « Ça a pris du temps, mais c’est fait. Les instruments m’ont coûté 12millions FCFA. C’est un bon coup. J’ai remis rapidement sur pied mon ancien groupe Les Titos. Mes 8 musiciens répètent déjà avec les nouveaux instruments », ajoute –t-il.

C’est d’ailleurs cet orchestre qui accompagnera Koudou Zebless sur scène lors du concert-dédicace de son 6ème album le vendredi 4 août prochain à partir de 21 heures au Baron de Yopougon.

Après ce premier spectacle, le promoteur de la danse Pagnora et son groupe mettront le cap sur d’autres communes d’Abidjan et l’intérieur du pays. Car, dit-il , son retour est loin d’être un feu de paille. Il veut véritablement relancer la musique tradi-moderne dans le cœur des mélomanes ivoiriens. « La musique tradi-moderne a sa place en côte d’Ivoire. Et ce d’autant plus qu’elle pérennise notre culture. Cependant, c’est à nous les artistes de travailler pour proposer de bons produits. Ce qui n’a toujours pas été le cas à un moment donné. Le niveau a baissé. La production aussi. Et le public nous a lâchés. Mais l’engouement peut renaître si on se remet au travail. Avec l’accompagnement des médias, des promoteurs et des propriétaires de salles », fait remarquer le chanteur.

Dont le come back sur la scène ivoirienne bénéficie des soutiens des promoteurs et producteurs Noël Blé Gbizié et Thierry Depri, bien  décidés à remettre le maître de la Pagnora sur orbite.

 

 

Par Eric Cossa

éCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.