Germain Kiper: Il demande pardon

Write on jeudi, 10 août 2017 Published in Les News Read 523 times
Rate this item
(0 votes)

S’il y a un chantre bouillonnant qui a souvent fait l’actualité des pages people, c’est bien Germain Kiper. Sa spontanéité, sa fougue, «ses petites folies» ne passant pas inaperçues, il est devenu en quelques années l’une des cibles préférées des journalistes people.

Mais, depuis le début de l’année 2017, c’est le calme plat. Le chantre a limité ses sorties, essayé de mettre un peu d’ordre dans son organisation professionnelle, familiale et spirituelle.                                                                                             

C’est un Germain Kiper renouvelé qui nous fait, en plus, la surprise d’un nouvel album (le 7ème de sa carrière) avec des mélodies et des textes insoupçonnés. Mais, que s’est-il passé dans sa vie ?

Kipré Marc Germain fait partie de la catégorie de chantres chrétiens ivoiriens à la composition facile !

On doit à ce chantre de très belles chansons universelles qui sont tombées dans le registre populaire.

Des chants qui ont franchi les frontières de la Côte d’Ivoire pour toucher des milliers de personnes, aux quatre coins du monde. On pourrait citer entre autres : «La Nouvelle Jérusalem», «Mon nom est écrit là-haut-là bas», «Son amour a débordé», «Moi, j’ai trouvé Jésus Christ dans ma vie» ou encore «Mon Dieu est bon», chanson au succès phénoménal, reprise par le groupe Schékina et bien d’autres formations musicales chrétiennes.

Germain Kiper a commencé sa carrière en 1999 et durant des années, il a animé de nombreuses campagnes d’évangélisation avec ses chants, sans jamais se soucier de droits d’auteurs.

Aujourd’hui, on le chante un peu partout, mais nombreux sont ceux qui ignoraient jusque-là l’origine même de ces titres : «C’est Dieu qui inspire et c’est une satisfaction pour moi de savoir que j’ai fait ma part. Certains chantres comme le groupe Schékina ont compris la démarche et m’ont déclaré en tant qu’auteur-compositeur, je ne peux que rendre gloire à Dieu».

Germain Kiper, c’est 7 albums en 18 ans de carrière. C’est aussi une voix singulière qui porte et qui apporte de la joie, du réconfort, du bien-être aux mélomanes.

Exhortations, Chants de victoire, Louange, Adoration... il se décline sous tous les modes de textes chantés.

Mais avec lui, on a aussi eu droit à quelques épisodes pas très reluisants que le chantre reconnait et sur lesquels il ne veut plus revenir.

«Ce sont des faux pas, comme tout être humain en fait. Les gens doivent comprendre que le chantre n’est pas un surhomme ! On ne lui trouve pas d’excuses quand il lui arrive de tomber, de chuter, parfois on le traite de tous les noms, on l’abandonne... Mais parce qu’il est chantre, il doit trouver cette force nécessaire pour se relever, se ressaisir car il a une mission divine.

Les épreuves sont aussi faites pour nous fortifier, nous élever et je suis aujourd’hui dans une logique où j’ai su tirer des leçons de toutes mes erreurs».

L’artiste chrétien a traversé une période à vide. Il a même quitté son Eglise de base... Mais, il ne laissait jamais rien paraitre en public, même si c’était dur...

Et puis un jour de 2017, à la faveur d’un concert, il fait la rencontre du Pasteur Abraham Elisée de la 

Mission évangélique «La Source Bénie», à Angré 8ème tranche.

Celui-ci décide de le produire à une seule condition : Que le chantre fasse l’effort de parvenir à la sanctification, qu’il se remette en cause et se recueille pour écrire ses chansons.

Un travail qui porte aujourd’hui ses fruits.

C’est un Germain Kiper renouvelé qui sort «La Source Bénie», un album de dix titres surprenants, cocktails de rythmes et de messages pour toucher toute la société ! 

 

R.Jordan