MODE : ELOI EBLOUIT CLERMONT-FERRAND

Write on dimanche, 14 octobre 2018 Published in Mode Read 209 times
Rate this item
(0 votes)

Chez Eloi Sessou, les nouvelles sont bonnes. Le styliste revient du Festival international des Textiles Extra ordinaires (FITE) qui s’est tenu du 18 au 23 septembre 2018 à Clermont-Ferrand, dans le sud de la France. Rencontres, débats, défilé, projections et bien d’autres activités festives inattendues ont animé cette édition dans le centre de la ville de Clermont-Ferrand, ses quartiers et plusieurs communes avoisinantes. A cet important rendez-vous d’arts à plusieurs axes, Eloi Sessou remplit le chapitre mode. Au milieu des créateurs français et d’autres nationalités, le couturier ivoirien a su tirer son épingle du jeu pendant le grand défilé du 22 septembre 2018. Eloi marque des points en s’exprimant autour d’une ligne inhabituelle dans ses créations. Il utilise comme principale matière le pagne tissé Dan de l’ouest de la Côte d’Ivoire. Mais le modéliste ne fait pas ce choix pour présenter forcément une collection traditionnelle. L’idée est de rajeunir cette étoffe. C’est-à-dire la rendre plus fun et accessible aux jeunes. Un coup d’essai qui éblouit les festivaliers et les nombreux curieux au cours de la présentation de cette collection à majorité masculine. « Je voulais montrer que c’est du textile traditionnel, mais ça ne reste pas qu’au village », précise le créateur. Il transpose son travail ingénieux à travers ces tissus pour confectionner des vêtements beaucoup plus modernes. « Du coup, les jeunes se retrouvent dans cette collection. J’essaie de créer cet esprit de carambolage qui ressort dans le thème du festival qui est ‘’Déviations’’. Je transpose quelque chose de brut, de traditionnel pour le moderniser radicalement », explique Eloi Sessou.

En participant au FITE 2018, le créateur met en avant le textile de son pays. D’où l’utilisation du pagne traditionnel Dan de l’ouest de la Côte d’Ivoire. Il l’avait déjà utilisé au paravent pour d’autres évènements avec des tenues pour femmes. Dans sa présentation, il y avait cinq vêtements de ville hommes décontractés, avant-gardistes et funs. La touche féminine est une robe d’une reine représentant différentes monarchies africaines réunies en une seule tenue. Ce qui épouse parfaitement l'esprit de symbiose culturelle qui caractérise le créateur ivoirien. « J’étais content de pouvoir m’exprimer à travers un textile créé par des artisans ivoiriens. Je l’ai travaillé pour qu’il puisse être porté par le tout le monde », dit-il.

Le Festival International des Textiles Extra ordinaires (FITE) se déroule les années paires en France, les années impaires à l'étranger. Pour le FITE 2018, l’exposition présentée au musée Bargoin et le Festival ont exploré les « déviations » textiles et humaines à la fois par la transgression des règles et des rôles assignés. Ces déviations provoquent des carambolages en créant objets hybrides et rencontres. Elles amènent aussi à la transcendance qui relie les Hommes au de-là de leurs différences.