8èmes JEUX DE LA FRANCOPHONIE : Ouli Pat ensoleille les jeux!

Write on samedi, 05 août 2017 Published in Mode Read 71 times
Rate this item
(0 votes)

Une belle avalanche de tenues a rythmé la 4è édition de Yorodéhé qui s’est déroulée le 28 juillet à l’hotel Wafou à Biétry.

Dans le classement des défilés Yorodéhé, on peut dire que la 4è édition a été le plus réussi. Malgré l’espace réduit de l’hôtel Wafou qui a accueilli l’évènement le 28 juillet, les créateurs montrent de la maturité dans leurs travaux. C’est Ouli Pat, l’initiatrice de Yorodéhé (un nouveau soleil) qui surprend. Classée première à la première édition du concept ‘’Edition Limitée’’ de l’Organisation internationale de la francophonie à Dakar en 2014, elle devrait prouver devant tous le gotha francophone que son titre n’était pas un fait du hasard.

Pendant sa présentation, la créatrice ivoirienne sort le grand jeu. Des tuniques hommes et dames, des tailleurs femmes, des costumes taillés avec maestria arrachent des acclamations nourries de l’assistance. Depuis quelque temps, Ouli se donne pour leitmotiv de valoriser le pagne tissé africain. Elle réalise donc une collection typiquement confectionné dans le Faso Dan Fani et le pagne tissé Wê et Dan. Les spectateurs sont conquis. Comme indiquait le thème de cette 4è édition du Yorodéhé (Tissons les liens) qui, plus est, se déroulait en plein Jeux de la francophonie qui prônent le brassage des cultures, Ouli Pat partage le podium avec 10 autres créateurs. Ce sont d’abord les lauréats des deux saisons du concept ‘’Edition Limitée’’ et les participants ivoiriens qui ouvrent le bal. Barros et Ysand de la Côte d’Ivoire, Binjikom et Sambaré du Faso, Nakuin du Cameroun, Lahad du Sénégal et Ghitta du Maroc séduisent. Ensuite, les invités ivoiriens prennent le relais. Roger Bango, Dieudonné Tra et Ange Koffa démontrent leur fertilité dans la création par leurs tenues bien finies et bien soignés. C’est en somme un bon cru de vêtements qui embellit la 4è édition du Yorodéhé. Un nouveau soleil se lève vraiment pour chacun des participants.

Par  Omar Abdel Kader

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.